24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 21:20

Bien senti

J'avais lu ce matin, assez distraitement, quelques phrases qui, je le pensais, allaient rejoindre mon bassin d'informations, dans le cortex. Or, voici que ces deux  lectures, l'une dans le "Journal du Dimanche", et l'autre dans "Version Fémina" -rien ne m'empêchera d'ouvrir les revues que je veux !"- se sont mariées et m'ont poursuivi toute la journée.
Dans "Version Fémina", le chapeau de l'article "Pieds, on en finit avec les odeurs !" dit : Il suffit de se balader une heure au soleil pour évacuer 25 centilitres de sueur dans ses godillots avec, à la clé, des effluves souvent détestables."

Dans "Le Journal du Dimanche", un papier met en lumière une émission qui sera diffusée mardi sur France 2, à 20 h 35 "L'odyssée de l'amour". Là, je lis : "On a tout dit, tout écrit, tout filmé sur l'amour, sur cet ouragan irrésistible qui embarque les deux sexes vers d'autres cieux, sauf comment "ça" marche. Et plus loin : "Une grand part du comportement amoureux échappe (..) à la conscience. Les odeurs révèlent beaucoup de ce que l'on est, son alimentation, sa santé et définissent les complémentarités." Je crains le pire, d'autant plus que les auteurs de ce docu-fiction convoquent des neurotransmetteurs du cerveau à qui on serre la main tous les jours : "Quant à l'acte d'amour proprement dit, il fonctionne comme une libération d'hormones, un véritable shoot à la dopamine, aux endorphines, à l'ocytocine". Bonjour, messieurs dames. L'ocytocine suscitant plus mon intérêt. Je souhaiterais la rencontrer en tête à tête car j'ai deux mots à lui dire : [c'est elle] qui suscite l'attachement, assimile les amants à de véritables drogués qui vont subir les phénomènes de manque en cas d'absence de l'autre et inciter aux retrouvailles et à renouer avec le circuit de la récompense." Rien que ça.
Bref, ce programme m'a tout l'air de ressembler à ces manuels d'utilisation de machins, bidules et autres mécanismes qu'on ne lit jamais, et dont on applique les énoncés sans les avoir lus !
Car, chacun sait bien qu'en été, "on pue facilement des pieds", que "celui qui cultive les oignons n'en sent plus l'odeur", que lorqu'on a mangé des asperges, les urines sont fétides, qu'au matin l'odeur de tabac froid et l'haleine disent : "attendez encore une petite heure avant de prendre les "patins".

Pour ce qui est de mes pieds, je me les suis lavés ce matin -en insistant compulsivement au séchage entre les orteils- et je n'ai marché qu'une petite demi-heure ; par contre, je ne sais pas si ce que j'ai mangé ce soir me permettra de me mettre "en complémentarité" avec une jolie fille brune aux longs cheveux portant des cuissardes.

JF

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Joël Fauré 29/05/2009 11:41

Aurora : Vivre, c'est user et (se) salir, rien de plus naturel. Ensuite, viennnent savons, eaux de toilette (Calandre ?) et autres déodorants...

Sensuel hair (Béa, la coiffeuse qui décoiffe) : Bienvenue ici où vous avez votre rond de serviette (et une penderie pour vos cuissardes).
Merci d'avoir apporté votre précision à mon billet du 8 mai.

Sensual Hair 28/05/2009 18:47

Rien que pour dire que le journaliste de la Dépêche c'est un peut tromper c'est pas des bottes hautes mais des cuissardes je ne porte que ça voila bisous a tous Béa la coiffeuse qui décoiffe

AURORA 25/05/2009 02:24

Même s'il est bien évident que je ne parle pas ici des "pieds qui puent" non plus que d'une haleine fétide, je dois avouer mon addiction aux "bonnes" odeurs que dégage l'Aimé...

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens