8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 19:17
De la difficulté d'écrire...
Brel m'a dit qu'il écrivait "debout, le corps tendu, comme un coq qui crache du feu." Il m'a dit aussi : "Un jour, je pourrai m'arrêter de chanter, mais je ne marrêterai pas d'écrire."  Et encore : "On ne sait rien pendant qu'on écrit... on ne sait rien pendant..." A Jacques Chancel, grand chirurgien des créateurs s'il en fut, qui lui demande : "Un jour, au bout de la route, il y aura sans doute  pour vous le roman, la chose littéraire  ?" Brel, humblement, répond : "Oui, peut-être, c'est une discipline majeure."
S'est-il, un jour, décidé à s'asseoir, cet homme étonnamment debout, face à la lumière ? : "Il faut vivre debout et en mouvement sinon la lumière vous tombe sur la tête." Dans une chanson, il s'interroge encore : "Serait-il impossible de vivre debout ?"
Pour écrire et être lu, et parfois apprécié, il faut trois choses : don plus travail plus chance. Et accessoirement état de grâce...
Moi, j'aime écrire. Mais j'ai du mal. Disons que c'est pas l'inspiration qui me manque, ça... non. Mais ce sont les TOC qui freinent cruellement sans cesse.
Je m'explique :
J'ai allégué un "sens magique" à certaines lettres.
Le Q, c'est le cul, c'est-à-dire l'interdit, le sale ; sa queue ne doit pas être tordue, son contrepoinçon se doit d'être parfaitement fermé ;
Le O, se doit d'être hermétiquement clos, bien bouclé (le "O", c'est "ma tête ouverte" qui laisserait s'échapper neurones et cellules grises.) ;
Le R, c''est l'air, et je vais certainement en manquer jusqu'à l'étouffement ;
Le H, c'est la hache qui me tranchera la gorge :
Le S, ah, celui-là, c'est le Sida, et il exige qu'il ne soit ni trop, ni trop peu crochu ;
Et je ne saurais oublier de bien mettre les points sur les "i", les barres sur les "t", faute de quoi ma souffrance sera insoutenable et ma fin proche.
Si vous le voulez, je vous montrerais mes brouillons où surchages se disputent avec ratures...

De la difficulté de lire...
Je suis allé au cinéma, je suis allé au théâtre, je suis allé au cirque, je suis allé au music-hall, je suis même allé à la corrida mais mes plus belles rencontres, mes plus belles émotions, c'est avec les livres que je les ai eues.
Mal étrange, insensé et cruel, les TOC, prenant le visage d'une compulsion de lecture me contraignent, sous peine de n'avoir pas bien saisi le sens, à lire, relire la même phrase, le même mot, à m'attacher bêtement à un accent, une cédille, voire même à une petite aspérité du papier... Sans cesse freiné au cours de la lecture, je suis condamné à balayer du regard le même groupe de mots, sans quoi l'angoisse, prégnante, me conduit à un catastrophisme infondé et une fin proche et fatale. Je sais que c'est absurde, mais je ne peux résister ; et je mène une lutte épuisante. Je lis et je relis à m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user le yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A  m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en user le yeux. A m'en user les yeux. A m'en user les yeux. A m'en use

(A suivre.)

Joël Fauré

----

Brèves:


Sous le soleil exactement...

Le soleil ne mourra jamais vraiment pour qui pourra entendre :
"Je te remercie d'avoir si bien couvé mon oeuf de soleil. Il se réchauffe entre tes lèvres humides, et il éclot doucement à la chaleur de ta langue."
"L'oeuf de soleil", pour les Perses, c'est l'abricot.

C'est du cinéma...

Au cinéma, je me suis toujours arrangé pour me placer en bout de rangée. Au milieu, j'aurais trop peur si le feu venait à prendre...
Longtemps je me suis arrangé pour me placer en bout de rangée car j'étais seul... L'inconvénient premier était que je devais me lever pour laisser passer tous les autres qui, eux, étaient bien sûr accompagnés.
Je m'arrange toujours pour me placer en bout de rangée, même lorsque je ne suis pas seul.
Et savez-vous pourquoi ?
Parce que l'âge venant, le temps, son usure, a fait son travail de sape : je ne sais pas si c'est le cancer de la prostate ou le cancer de la pensée, mais je me lève, je vais pisser, je vais me rafraîchir, et tout ça, en essayant de déranger le moins de monde possible...

JF



Partager cet article

Repost 0

commentaires

JLG 09/07/2007 09:50

J'ai bien connu Raphaël Monti...Il m'a donné,il y a vingt ans un livre au titre "Dépliez vos yeux" et dont le texte s'enfuyait graphiquement dans un incessant "Dépliez vos yeux"...jusqu'à en vivre...de bonheur. Accroc malin de la vie.
Amicalement
JLG

joel fauré 09/07/2007 08:36

Camille : Un roitelet avec des pattes de velours dans un gantelet de bronze ? Un bouvreuil du signe de la balance ? Un rouge-queue-noir, moniteur de vol plané pour ours bipolaire ? Une mouette rieuse sur un saule pleureur ? Je m'hésite... Et je donne ma langue au chat végétarien qui ne pourchasse ni les oiseaux ni les souris...

Aurora : Comme il est de coutume de ne parler que "des trains qui n'arrivent pas à l'heure", j'ai posé le doigt sur ces lettres "maléfiques"...
En revanche, il est impossible de ne pas aimer le "b" : baiser (un), bisou, bécot... et BREL.

AURORA 09/07/2007 02:48

Mais parlez-nous aussi du sens magique et positif cette fois que vous accordez à quelques "belles et bonnes" lettres...

Camille 08/07/2007 23:41

Il parade en volant d'avant en arrière, tel un pendule, en émettant un bourdonnement, signes de son intérêt, pour elle...elle participe à cette parade. Savez-vous de quel oiseau il s'agit, homme mésite? Camille ("Caractères").

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens