12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 13:24
L'inventeur de la machine à peser la souffrance : En route ! Je vous fournirai des explications le moment venu, en faisant les choses. (Il aide le brûleur de cageots à se lever.) Vous pourrez marcher ?

Le brûleur de cageots : Oui, je crois.

L'inventeur de la machine à peser la souffrance (A la femme qui fait ça en blanc :)  Vous nous accompagnez ?

La femme qui fait ça en blanc : (Elle regarde le ciel.) J'aimerais beaucoup, mais hélas, je dois rester ici pour alimenter et surveiller le feu.

Le brûleur de cageots : Je serai de retour le plus vite possible. Faites attention aux cagettes d'huîtres : ça pète...

(Du menton, l'inventeur de la machine à peser la souffrance désigne la braguette du brûleur de cageots restée ouverte.
Le brûleur de cageots ne bronche pas.
Même jeu de l'inventeur de la machine à peser la souffrance.
Le brûleur de cageots comprend enfin et se rajuste.
La femme qui fait ça en blanc prend une photo de groupe.
Exit la co-gérante du manège de tampons-dateurs, l'inventeur de la machine à peser la souffrance et le brûleur de cageots.
La femme qui fait ça en blanc reste seule en scène.

Silence.

Elle s'approche du socle de béton, y grimpe dessus et va "caresser" l'anneau.
Elle regarde le ciel, puis revient à l'avant-scène.

Silence.

Elle s'assoit en tailleur. Elle semble inspecter scrupuleusement le public. Elle le fixe. Puis va chercher son appareil-photo et prend une photo du public.)

(A suivre.)


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Archives

Liens