2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 12:11

"La parentèle."

Mes relations avec la parentèle se sont dégradées. A l'évidence, je suis un incompris. Je suis étrange et étranger aux miens. Mes parents ont eu les mots qui tuent. J'ai adopté le mutisme qui est tout aussi douloureux que les frictions. Ma vie est ratatinée.
Lorsque je reviens dans la maison grise l'hiver, verte l'été -parce qu'elle est dans son corset de vigne vierge- je me replonge dans le bain à l'eau croupie.
C'est l'immersion dans le passé. Tout est si pesant, écrasant. Avec mes parents, nous nous épions beaucoup. C'est dur. Je ne sais plus où j'habite.
Savez-vous à quoi je rêve ? D'un petit "chez moi" sans prétention, propre, bien tenu, où je pourrais m'installer sans scrupule sur un canapé, regarder la télévsion sans angoisse ; lire un journal ou un livre sans compulsion ; aider ma compagne à préparer le repas et faire la vaisselle ; et un bureau, avec un vrai plan de travail, avec une petite bibliothèque, et surtout avec un coin propret et accueillant pour recevoir mes amis.
En lieu et place de cette normalité qui m'échappe, que trouvons-nous ?
Un minuscule appartement miteux à la ville, puant, qui me répugne, où les choses s'entassent et se dégradent ; où je m'endors dans des draps crasseux, où le ménage ne peut être fait, où j'élève des moutons...
Une chambre à la campagne, dans la maison grise et verte de mes parents, qui me répugne aussi, qui ressemble à un débarras de sous-préfecture.
Quand je cherche à consulter -quand je peux- ou à réunir des informations sur un sujet, les éléments se dérobent : ce que je cherche à la ville est à la campagne et vice-versa. La "panoplie" dont je m'entoure ne supporte pas d'être morcelée. Et bien entendu, ce dont j'ai le plus besoin est ailleurs. Cette structure bicéphale aurait bien besoin d'un quartier général !
Je ne sais plus où j'habite.

J'ai l'impression d'être un non-être.
Je suis fatigué mais vivant. Il m'arrive de bouger encore. De toute façon, je peux m'estimer heureux : j'ai dépassé l'âge qu'ont péniblement atteint les artistes maudits.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 04/06/2008 00:39

Oui, parce que de bonnes fées vous (re)gardent et ne cesseront jamais de le faire...

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens