3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 12:00

"Philistin ?"
A l'image de mes parents, devenu philistin moi-même, je ne vois pas d'un oeil averti les progrès et les nouveaux outils de communication.
Hier, les ordinateurs étaient gros comme des maisons ; aujourd'hui des maisons sont dans les ordinateurs. Rétif à toute "vocabulairerie" venue d'outre-Atlantique, c'est la bonne pâte à papier et les billes qui restent pour moi de précieux alliés.

Les supports de l'industrie du disque se sont aussi modernisés : la galette de vinyle, où se gravaient les microsillons, sont supplantées par le Compact Disc, d'un format plus petit, d'une matière plus résistante...
Dans la chambre de la maison grise et verte, depuis le premier disque de Brel, j'ai aimé écouter les vignettes musicales, les chansons, et, devant la glace, je m'investissais chanteur à texte et à frisson, et m'inventais des récitals et des galas. Avec force gestuelle, le coeur sur la main, je remerciais le public. Je reconnais qu'il ne fallait pas trembler en posant le bras articulé de l'électrophone sur la plage à écouter. Mais le plaisir d'oreille était intégral. Au plus loin encore dans ma mémoire, je me souviens de ma petite voisine italienne, ma compagne de Commedia dell'arte, avec qui j'écoutais, sur le tourne-disque de sa tante, les reliques sonores de nos nostalgies.
La recherche des morceaux aimés est plus aisée aujourd'hui : les lecteurs de compact disc savent reconnaître le digital de nos envies. J'ai acheté un de ces lecteurs. En rappel à l'histoire, le premier disque qui y fut inséré fut un disque de Brel.

Je reviens à l'informatique. L'information et la robotique sont entrés dans la gestion des affaires pendantes de l'institution qui m'emploie. La hiérarchie a vu mon effort accompli, la constance, la qualité du rendu dans mon travail, malgré les toc. Elle souhaite m'équiper au dernier cri et me doter d'un ordinateur. J'accepte. J'ai appris sur le tas le maniement des puces et des souris ; j'ai pianoté sur les claviers, comme un homme "azerty" qui en vaut deux ; j'ai admiré les belles icônes, consulté des menus et ouvert des fenêtres ; j'ai cliqué sans claquer, et j'ai beaucoup mieux traité les textes qu'autrefois...

Bref, ce fut une révélation, un nouveau départ... un élan...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 04/06/2008 00:41

Parlez-moi d'informatique et je sors mon revolver!

Aurora, bug et re-bug.

Joël Fauré 03/06/2008 21:48

Théo : "La mer, toujours recommencée..." Et toujours nouvelle...

RegH : Et comme Brel partir à la source de l'Amazone.

RegH 03/06/2008 21:09

L'informatique qui permets même de voyager sans passer par "la case "départ" (et donc, sans empocher quelques deniers) de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, juste en déplaçant sa souris de la région Toulousaine, jusqu'au Japon via l'australie puis l'Autriche ...
Je profite de mon escale entre deux voyages virtuels pour vous remercier du retour des "carnets", enfin une bonne nouvelle!

théo 03/06/2008 20:47

Je me demande souvent ce qui remplacera ce que nous connaissons aujourd'hui. J'imagine la tête des enfants lorsque d'un air de carpe, je ne saurai manipuler la toute dernière révolution technologique. Sans doute la même que la mienne devant mes aînés "dis donc, ça me dit que j'ai un message dans la boîte émail, comment on fait ?"
Nous avons peut être de beaux élans à venir !
à bientôt, Joël :-)

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens