30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 19:26

L'employé aux écritures : Ne me dites rien. J'ai beaucoup de choses à vous dire. Pour les cubes, on peut se passer d'explications. Pour le perroquet, il est parfaitement boulé comme vous pouvez le constater. Pour le fournisseur de pneus des autocaristes, nous sommes sur une bonne voie de garage. Pour le téléphone, il est toujours en dérangement. Rien que du très normal. Pour le nostalgique des années soixante-dix, je pense tenir une chute. Pour la ligne jaune, c'est une autre histoire... Comment dire ? Je ne sais pas dire... Disons que... Disons que quelqu'un est venu ici, s'est recommandé du service "décollements et recollages". J'ai fermé les yeux. Quand je les ai rouverts, je n'ai pu que constater, impuissant, le changement subit et subi du revêtement du sol. Voyez : ces dalles blanches qui alternent avec ces dalles noires. Etonnant damier. Il faut surtout prendre garde à ne pas marcher sur les blanches. Ca laisse des traces. Oui, la marge de manoeuvre se réduit comme une peau de chagrin. Prenez cette nouvelle comme vous voudrez ; moi, je ne m'y suis pas encore fait.

La permanente de fonction : Il y a longtemps que vous n'avez pas pris l'air ?

L'employé aux écritures : Ca va bientôt faire trente-cinq ans. Vous avez des nouvelles de dehors ? Ca se passe aussi mal qu'ici ?

La permanente de fonction : Actuellement, on parle beaucoup de ce type qui a le nez à la place du sexe et le sexe à la place du nez. Il a des problèmes. Il vient de s'enrhumer.

L'employé aux écritures : ...

(La permanente de fonction va balayer les cubes.
Elle regarde où elle marche.)

La permanente de fonction (Balayant.) : Il faut dire qu'avec le temps qu'il fait... Il pleut sans retenue. Si vous saviez dans quel état est la chaussée.

L'employé aux écritures : La chaussée... Vous avez vu la chaussée ? Et elle l'était vraiment ?

La permanente de fonction : Hier encore, elle était pleine de confettis. Et aujourd'hui, ça déborde. Elle en a jusque là. C'est tout juste si on peut la traverser.

(L'employé aux écritures revient s'asseoir.
Il prend en mains le stylo.)

L'employé aux écritures : Quelle heure est-il ?

La permanente de fonction : Il est "cette" heure.
(Elle regarde le sol.)
Tout de même "décollages et recollements"...

L'employé aux écritures : "Décollements et recollages" !

La permanente de fonction : "Décollements et recollages" sont bien contrariants de ne pas nous avoir consultés. C'est peu harmonieux avec le reste, tout ça. Moi, j'aurais bien vu là tout autre chose. Ce qui est fait est fait. On s'adaptera.

(A suivre.)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AURORA 31/08/2008 05:09

"On s'adaptera"...
La merveille est de toujours s'adapter -sur le mode du coup de coeur- à vos nouveaux écrits, éternellement flamboyants, dérangeants...

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens