26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 18:01

"[Ils] trouvent indécent
De ne pas mourir au printemps
Quand on aime le lilas
Ah !  Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !"

Jacques Brel, "Tango Funèbre"

Cher Jacques,

J'ai enfin appris ton départ pour "Elles Blanches".

N'aurais-tu pas pu nous prévenir ? Ici, Maria et moi nous sommes fait un mauvais sang d'encre depuis que tu es parti. D'aucuns nous ont dit que tu t'étais aventuré trop haut dans les nuages avec "Jojo", ton petit avion, et que tu as irréversiblement crevé la toile grise qu'un machiniste du Bon Dieu aurait trop tendue.

Je t'avais bien dit qu'un jour, tu te casserais la pipe...

Ton ami, le bon curé Casy, m'a beaucoup parlé de toi. Il paraît que tu l'as réclamé avant de passer l'onde noire. Et tu l'as appelé si fort qu'il t'a rejoint dans l'Eternité. Souvent, je vous entends pleuvoir de joie tous les deux et je vous imagine effeuiller l'aile d'un ange...

Je me suis permis d'ouvrir toutes les fenêtres de ta grande maison pour mieux y faire pénétrer  la bonne odeur de terre mouillée et de feuilles séchées. Dans la cuisine, ça sent un peu la soupe froide, mais sur le bahut trône une bonbonnière bien garnie. Dans le salon, la télévision n'arrête pas de parler de toi. Elle dit que tu te fends la gueule avec Vasco de Gama, tandis que la vieille pendule d'argent ne retarde plus que d'une heure, une heure seulement.

Au bout du long corridor, la chambre s'ensommeille sous la torpeur des habitudes. Les trois berceaux de la joie sont au grenier. Seul reste le lit de la puissance. Le grand lit que la bonne servante Maria va souvent tendre de draps. Une brave femme, Maria !

Je suis descendu l'autre jour à la cave. De bons vins de Bourgogne et d'Arbois vieillissent doucement... Quant au jardin, il est fleuri toute l'année et il n'est jamais plus beau que lorsqu'il embaume le lilas. J'ai dépoté les chrysanthèmes et les ai transplantés près du bassin.

Gérard, Juliette, Isabelle et les autres passent souvent te voir. Nous leur disons que tu t'es absenté. Il va falloir cesser de jouer la comédie.

Tout le monde va bien et t'embrasse.

 

Le Jardinier.

 

P.S. : Ah, oui, j'oubliais : le petit chat est mort.

 

Prochainement : le représentant en robotique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jeanne 31/03/2010 08:07


Joel
aurais je oublié de poser mes mots ici ? là ?
cher Joel
tes mots ..
j'ai lu sur un guide
comment jacques et sa compagne s'étaient arréter à hiva hoa
dieu que ces deux mots sont doux
c'était le hasard
et ils se ont posé de la mer à cette terre
je suis certaine qu'il est toujours par ces rochers ces crique
si je le vois
je l'embrasserai de ta part mon ami


Andy Candy 28/03/2010 10:20


73 pages quand même... Vous m'excuserez de ne pas avoir eu le courage de toutes les lire.
Certaines notes me touchent, d'autres moins mais une chose est sûre, j'aime votre sensibilité...


Joël Fauré 27/03/2010 15:47


Cher Amandier, je vous somme de vous expliquer plus avant avant que je ne fasse intervenir les farces de l'ordre !
Quoi ! Nous sommes dans tous dans le même bateau (la même galère) dans une promiscuité interlope et vous avez été du voyage avec Brel (et Maddly) dans un long courrier au dessus du Pacifique et
vous voudriez que je reste froid !
Dites moi tout, Amandier.
Bon week-end itou.


le Bas des Dames 27/03/2010 11:16


J'ai bien peu de temps, cher Joël, mais il faut quand même que j'en prenne une pincée pour vous dire comme ce billet et le précédent sont beaux, denses et rêveurs...
Je vous dirai bientôt, et ce n'est pas une plaisanterie, comment je me suis retrouvé dans l'avion qui le ramena de Tahiti à Paris, pour la dernière fois.

Bon week end,
Amandier


Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE

Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Liens