1 janvier 2019 2 01 /01 /janvier /2019 22:27
Laure O'Jef, Raoul Jefe, Léo Rufaje, Joël Fauré et Bobby Randeconeux (des tournées Bobby Randeconeux) vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2019.

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2018 5 09 /03 /mars /2018 21:07

Ce sont deux mains jointes de deux grands "faiseurs" Toulousains.

Peut-on rêver plus puissant symbole ?

Il s'agit du peintre Philippe Vercellotti et du sculpteur Sébastien Langloÿs.

Ils sont tout deux de grands amis.

Quelle chance j'ai.

A l'arrière-plan, une "petite main" tient mon petit livre sur Jacques Brel.

Photo JF.
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 22:18
Laure O'Jef, Raoul Jefe, Léo Rufaje, Joël Fauré et Bobby Randeconeux (des tournées Bobby Randeconeux) vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2018.

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 21:52

Yasmina Reza (On lui doit le remarquable texte "Art" a accordé une interview au JDD (Journal du Dimanche) Verbatim.

"Qu'est-ce que les honneurs et le succès viennent combler en vous ?

Quand on s'aventure dans l'espace public, dans quelque domaine que ce soit, artistique, politique, quand on se soumet à l'appréciation de ses semblables, on cherche à combler une fêlure initiale. J'en suis persuadée. On cherche la reconnaissance pour combler une faille.

Est-ce que cela fonctionne ?

J'ai été sauvée par l'écriture. Je l'ai souvent dit. C'est l'écriture même qui m'a sauvée. En même temps, ça ne veut rien dire s'il n'y a pas d'écho. Ce qui m'a sauvée, c'est de pouvoir continuer à écrire grâce au retour favorable des gens. Si vous produisez dans le vide, c'est vite désespérant. Je me demande comment j'aurais vécu si les choses n'avaient pas marché pour moi... Par la négative, on peut dire que cela fonctionne. Le succès crée du mouvement et du bruit; occasionne des événements excitants, donne une certaine liberté. Mais je n'ai jamais été dupe. Je n'ai jamais confondu le succès avec la qualité. Les récompenses ne me renseignent d'aucune manière sur mon travail."

Propos recueillis par Marie-Laure Delorme

JDD Dimanche 25 novembre 2017

 

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 12:49

 

Une photo très récente de Joël Fauré qui s'interroge sur la rotondité de la Terre : tourne-t-elle vraiment rond ?

Raoul Jefe 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 19:52

Cette photo, chargee de symboles, m'interroge et me fascine.
Nous sommes dans l'Aveyron, a Saint-Rome, dans les années 90.
Elle m'interroge. Pourquoi et comment avons-nous adopté cette position dans l'espace ?

Elle me fascine. C'est un jour de pluie. A gauche, ma bonne maman. A droite, son frère, mon oncle. C'est le curé d'ici. A la main, il tient la grosse clef de l'église qu'il vient de nous faire visiter. Je pouvais l'appeler mon père. Il pouvait m'appeler son fils. Mais il était mon oncle. Il pouvait aussi appeler sa sœur ma sœur à double titre. Et comme nous ne comprenions plus rien, nous nous taisions. C'est peut-être ce qui explique l'éloignement sur cette photo ?

Au centre, C'est moi avec un parapluie.
Sur la droite, le lavoir et tout au fond, la statue de Monseigneur Denys Affre', natif de l'endroit, archevêque de Paris, mort sur les barricades lors des insurrections de 1848.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 15:12
Enfant sauvage des campagnes...

"Je te cherche. Où es-tu à une heure pareille ? Je suis sûre que tu t'es échappé au poulailler pour

y chercher encore quelques poules. Quand donc cesseras-tu, enfant sauvage des campagnes ?

Il n'en existe plus des comme ça. Il est fini ce temps des décharges magiques, des zoos mythiques

et des champs de colchiques ! Allons bon, te voici qui vocifères et me réponds que rien ne finit

jamais, qu'il suffit d'y penser pour revivre les belles heures du temps passé... le temps passé.

As-tu rapporté les boîtes, le pot aux oiseaux ? De quelles trouvailles t'es-tu encombré ? Regarde

ton pantalon, c'est hier que je te l'ai fait changer ! Regarde tes cheveux, ils sont tout défaits, et

sors le raphia de ta poche. Mouche ton nez, sèche tes yeux ; tout cela n'est pas si grave.

L'essentiel, c'est que tu ne perdes pas la mémoire en chemin. Au contraire, tu as raison, plus rien

ne se perdra là où tu l'as mis. On ne peut plus rien ajouter, on ne peut plus rien enlever. C'est la

boîte à secrets que tu t'es empressé de verrouiller. Tu as bien fait de me confier une moitié de sa

clef."

Camille

Partager cet article
Repost0
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 10:45

2007 - 2017

Ce blog a 10 ans.

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 20:22

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 21:04

J'ai eu la chance de rencontrer Bernard Pivot, "Le Roi Lire", à Gaillac. Après lui avoir remis mon livre "Papa..." agrémenté de cette dédicace : "A BP, à qui je dois l'essence et le carburant qui m'ont donné la passion de lire et d'écrire", je lui ai demandé quel était son mot préféré, aujourd'hui.

Il m'a répondu : "Vous venez de le dire, c'est aujourd'hui".

Je lui ai dit : "Moi, c'est cuissardes". Les cuissardes, ce bel appât qui nourrit ce blog depuis 2007, incontestable gestionnaire de libido et comptable de bien des phantasmes. Même François Weyergans m'approuve : "Quel joli mot, cuissarde".

Je lui ai parlé de mes manies, de mes marottes, jours en pluie et femmes en bottes. Je lui ai parlé de mes lubies d'approcher les grands auteurs : Jean d'Ormesson, Michel Tournier, Alain Robbe-Grillet...

J'avais amené un petit cahier d'écolier. Et j'ai ajouté : "J'ai depuis longtemps une idée qui le trotte dans la tête : demander aux écrivains d'y écrire le mot "cuissardes".

Il m'a regardé et il m'a dit : "Cuissardes ? Ça va marcher". Et il a été le premier à écrire : "cuissarde".

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE
Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Recherche

Liens