2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 15:41
Salomé comprit qu'il n'existe que trois sortes d'histoires : les histoires de coeur, les histoires de corps et les histoires de cul. Elle n'en privilégia aucune, laissa agir le temps mais n'eût plus peur d'aucune. La peau et les orifices, les siens et ceux des autres, pouvaient devenir le terrain sur lequel elle allait évoluer à l'aise, en Diane chasseresse ou en déesse de l'Olympe, en fée ou en sorcière, une pomme empoisonnée et une baguette magique dans ses mains gantées.

Instaurer une relation SM est assez facile. La maintenir est plus compliqué. Le phantasme est inoffensif. Le passage à l'acte peut être traumatisant. Pour celles et ceux qui, travaillés par cette tyrannie, refoulent et angoissent, c'est l'enfer.
L'éducation a tabouisé le sexe, les non-dits et les interdits ; stigmatisé des déviances, fabriqué des névroses.
La religion s'est chargée, du reste, de distribuer ces copieux restes d'authentique croix du Christ où il mourut cloué et fouetté.
Le pêché et la pénitence, le vice et la vertu sont copains comme cochon, et les flammes de l'enfer éclairent le paradis. Le jeu social est un jeu érotique.
Maîtresse Salomé passa une annonce dans des revues spécialisées. "Je vais recevoir des inquiets et des perturbés." pensa-t-elle, "mais s'il crachent au bassinet, c'est pour mieux se réparer. Je suis une pute. Et alors ? Madeleine, au catéchisme, telle qu'on me l'apprenait, qui était-elle d'autre ?"

Qui reçoit-on aujourd'hui ? Un fonctionnaire trop consciencieux dont la vie a été emposonnée par un scrupule élevé au rang d'obsession : craindre de glisser par erreur un document pornographique dans une enveloppe du Ministère qui l'emploie. Fermer l'enveloppe relevant alors de l'exploit surhumain, toute son énergie passée à ça.
Son trouble obsessionnel compulsif l'a aliéné, dépersonnalisé, tenté de le clochardiser.
Il vérifie, ouvre, ferme, rouvre, referme. Ce qu'il souhaite, c'est que Maîtresse Salomé l'oblige à fermer des enveloppes en toute liberté de mouvement et de pensée.

Maîtresse Salomé écrivait : "Je sais que je ne deviendrais jamais une vieille dominatrice. Je ne ferai pas "ça" toute ma vie. Je dois gérer cette carrière très vite, tout solder avant que je ne sois humiliée et tremblante. Je dois agir comme le footballeur ou le cycliste. Je me reconvertirai dans la plume. Je passerai de la plume au chapeau à la plume au derrière pour la placer là où elle tient le mieux : dans la main. J'aurai des choses à raconter..."

Assise à son bureau, Betty trouvait un peu de repos. La séance, achevée à grand peine, avait été décevante.
Il avait fallu ramer. Il avait été difficile de se séparer de cet échalas pas assez mûr pour le corps à corps.
Elle pensa intensément à ce qu'elle faisait. Jamais, au demeurant, elle ne versa dans le Grand'Guignolesque, et si, au cours de ses numéros de visuels, elle frisait parfois le ridicule, ce dernier ne tuait pas. Aucune indécence ne remontait ; ses sexes nus s'apparentaient au théâtre, à cette forme à la fois si pure et si crue qui restitue la vie, l'enjolive ou l'enlaidit, mais est impuissante à la traduire dans sa routinière banalité.

(A suivre.)

Raoul Jefe
Partager cet article
Repost0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 20:17

Maîtresse Salomé porta à sa bouche la fraise qu'elle venait de saisir dans le compotier.

Ses lèvres happèrent le fruit, l'engobèrent ; elle pinça la queue, mais ne la jeta pas. Elle la garda, la fit jouer entre ses doigts longs et graciles, comme une molette qui monte ou baisse le son de la radio.

Rex aboya ; le facteur venait de passer.

Maîtresse Salomé se donna du temps.

Elle n'aimait rien tant que le dépouillement du courrier, aux heures alanguies de ce qu'il restait de la matinée.

Elle avait adopté pour la journée une tenue aimée : chemisier blanc à manches gigot, jean et cuissardes noires.

Blanc, bleu et noir : ça allait avec ses cheveux caramel.

Elle sortit de la maison, s'engagea dans la petite allée jusqu'à la boîte. Elle jeta le relief de la fraise dans un massif d'hortensias. Rex lui fit fête. Elle le gratifia de quelques câjoleries, et quelques tapes... Il apprécia.

Elle ouvrit la boîte. Elle évalua la livraison : une bonne dizaine de lettres et plis divers, tous formats, dominance blanc et beige. Elle fit glisser les enveloppes, et, dans sa tête, inconsciemment, se hiérarchisa la priorité d'en ouvrir une plutôt qu'une autre.

Elle regarda le ciel, qui lui offrit l'une de ses plus belles nuances bleu, puis la plaque apposée sur le portail : C.I.E.L. (Cercle des Instants et des Espaces Ludiques), Maîtresse Salomé.

 

C'est en faisant du rangement que Pauline eût la révélation et se convertit vraiment au sadomasochisme.

Elle avait lu, petite, dans les volumes de la bibliothèque rose qu'elle venait de retrouver, les romans de la Comtesse de Ségur née Rostopchine, et les mémorables fessées s'imprimèrent dans sa chair et jetèrent un trouble sournois dans sa jolie tête.

Au lycée, les garçons semblaient se bousculer sur une ligne imaginaire qu'elle avait tracée devant elle, qui partait de ses pieds et qui devait faire plus de trois mètres cinquante les jours où elle portait du patchouli et des bottines.

En file indienne. Mais jamais en troupe.

Quand elle comprit que le trou béant de son sexe ne la remplirait jamais de la joyeuseté imbécile des hommes, trop peu habiles à combler ses attentes, plus enclins à bouder son plaisir pour atteindre le leur, elle épousa la condition de dompteuse, et entra dans le plus grand cirque du monde.

Elle songea à mourir.

Elle se mit à écrire. Assez bien. Des poèmes d'abord, par trop naîfs mais utiles à l'expression d'une envie.

Du plaisir sec à la jouissance cérébrale, elle choisit bien vite ; elle opta pour la pénétration jusqu'au cerveau, avec un labour à travers ses entrailles et une escale dans le coeur, la gorge.

A ce niveau, elle savait qu'elle devrait jouer finement et être à la hauteur de ses exigences.

Elle serait ivre de vie ; elle écrirait.

Son intelligence lui permit d'élaborer une ligne de conduite.

Pauline deviendrait parfois Maîtresse Salomé.

Elle acheta son premier fouet dans une grande surface, au rayon des toutous.

 

(A suivre)

Raoul Jefe

Partager cet article
Repost0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 15:10
Avec "A propos de Bottes", j'ai voulu soulever un problème qui ressemble à ces croutes de peau que l'on soulève aussi parce que ça démange.
Je raconte l'histoire d'un homme fétichiste des bottes en cuir qui dépassent le genou.
Sa marotte, obsédante, gère son système de pensée jusqu'à l'assiéger.
Alternant fascination et répulsion, il analyse cliniquement l'anomalie.
Une femme viendra, le comprendra et l'aidera dans sa démarche.
Pour y voir plus clair.

La pièce "A propos de bottes" n'est pas éditée. L'immatriculation SACD est en cours. Bien entendu, elle ne demande qu'à vivre sur un plateau.
Un texte de théâtre est un squelette ; ce sont les acteurs qui lui donnent sa chair.
Lire le théâtre implique une discipline, une gysmastique cérébrale.
"A propos de bottes" ne déroge pas à la règle.
Toutefois, en voici un extrait, en amuse-bouche :

"Nous avons dansé jusqu'à l'écroulement. Je me suis senti aspiré par le bas. Elle, elle est restée debout. Hiératique. Je me suis enfoncé jusqu'au tronc. Elle m'a enjambé. Je n'étais plus qu'une aspérite du sol. Ses bottes étaient si brillantes que je m'y suis miré. J'ai vu ma gueule de chien sauvage, battu, apeuré et traqué.
J'ai vu mes rictus et mes yeux concupiscents. Je me suis effrayé. J'ai senti des bribes et des fantômes de mon passé pleuvoir sur moi en pluies acides.
Pourtant, j'ai tendu mes doigts pour caresser le très luisant objet de mon désir. Ce que j'avais ardemment souhaité, je le voyais, là, tout près, surfait. Spécieux. Mensonger.
J'étais là, las, épuisé de la trop longue attente, de la longue macération dans mon jus faisandé ; incapable d'agir.
A cet instant crucial, qui aurait dû être pour moi le couronnement, "l'abotissement" de plus de trente ans de hantise, de cohabitation forcée, je me suis senti sec, vidé, sans moteur ni énergie, exténué, profondément déçu.
A l'image de ces dépliants qui promettent la vue sur la mer, qui n'est rien d'autre qu'une bouche d'égout.
A grand mal, je me suis extirpé de la fange et je me suis enfui. J'ai couru et je suis tombé à genoux.
Ce qui s'est passé ensuite, je le sais parce qu'elle me l'a raconté. Elle a ôté l'une de ses bottes, rien qu'une, comme ça, pour voir. Elle a gardé l'autre. Elle est sortie du dancing improvisé.* Elle s'est approché de moi , en claudiquant. Elle s'est placée en face de moi qui fermais les yeux. Très doucement, de son genou, elle a effleuré ma joue. Elle m'a dit : "As-tu un jour songé que, sous le cuir, il se pourrait qu'il y ait un peu de peau ?"
J'ai veillé au grain. C'est ce jour-là que j'ai découvert la tendresse.

* Pour situer le contexte, la scène se déroule dans une cabine téléphonique, le seul lieu clos et sécurisant où la femme, selon l'auteur, apprend à l'homme à danser !

Joël Fauré
Partager cet article
Repost0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 15:07

Partager cet article
Repost0
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 22:17

Le magasin Chat-Botté

(Photo JF)img025.jpg

Partager cet article
Repost0
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 15:07

En 89 (19), mon parcours me vit -ou plutôt m'entendit- dans les studios d'Europe 2, dont les premières ondes berçaient Toulouse.

"Les lumières de la ville ont des reflets de saxo tranquille... Europe 2, ça brille..."

"Ma nouvelle adresse est une radio.... Nouvelle adresse...  Europe 2, c'est beau." disaient les "jingles" que l'on se refusait à appeler "sonals".

J'étais alors affecté au "remplissage" des décrochages régionaux.

A côté des infos sérieuses et de la météo, j'avais imaginé de meubler l'antenne avec des canulars téléphoniques...

Voici ce que j'ai retrouvé dans mes archine sonores.

 

" - Allo, le magasin "Chat Botté" ?

- Oui, c'est ça, monsieur.

- Oui, bonjour. Je voudrais offrir une paire de bottes à ma femme. Est-ce que vous avez le 35, s'il vous plaît ?

- Non. Nous sommes un magasin de laines, monsieur.

- Ah ! excusez-moi. Je suis vraiment navré. Mais vous n'avez donc pas...

- Non. Nous faisons une laine qui s'appelle "Chat Botté". C'est la raison sociale. Voilà.

- Ah, je pensais que vous aviez des chaussures...

- Non. Non. Non. Nous vendons de la laine pour tricoter.

- Ah ! Vous ne vendez pas de bottes, donc ? Vous n'avez vraiment pas...

- Non, non. Pas du tout.

- Bon, mais écoutez, alors, tant pis, je vais prendre un autre pointure, quoi, c'est pas un problème, ça...

- Je vous explique, monsieur, que nous ne vendons que de la laine à tricoter.

- Ah ! D'accord, vous n'avez pas donc... de chaussures? Parce qu'on m'a dit : "Tu pourras trouver des..."

- C'est un eplaisanterie, je pense.

- Ecoutez, non. On m'a donné votre adresse.

- Non, c'est une erreur.  Nous ne vendons que de la laine à tricoter, c'est clair ?

- Vous êtes sur l'antenne d'Europe 2 Toulouse.

- Ah, bon ! C'est une plaisanterie. Il faut le prendre en riant ? Alors, je le prends en riant."

 

Propos recueillis par Joël Fauré

 

Ces propos "laineux" (pourquoi tant de laine ?) sont impressionnés sur une bande magnétique que je tiens bien entendu (à bon entendeur, salut !) à la disposition des incrédules.

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 13:19
DES MATIERES BIEN TRAITEES

Il y aura un avant et un après JS.
Jean Streff, auteur du référentiel "Masochisme au cinéma" (Veyrier, 1978), livre ici un essai passionnant sur les fétichismes.
Nos marottes -les bottes- y sont dignement représentées et "A Propos de Bottes" y cité dans les sources multiples auxquelles l'auteur assoiffé a puisé.

J'ai vu des libraires très embêtés : ils ne savaient pas où poser le livre. Au rayon "Erotisme" ou au rayon "Faits de société" ? N'est-ce pas là le vrai pouvoir d'un livre : interroger, surprendre et étonner ?
J'ai observé une jeune Chinoise lire avidement quelques pages, debout, l'ouvrage en équilibre sur une tablette.
Je l'ai vu voisin de table de "Panique" de Lydia Flem, du "Crachat" de Martin Monestier et contemporain de "La mauvaise vie" de Frédéric Mitterrand.
Je l'ai remis à vue quand il était caché ; je l'ai remis de face quand il était sur la tranche.
J'ai vu une vendeuse s'absorber à sa lecture, après que je lui eût demandé de le consulter moi-même.
J'ai glissé entre les pages 356 et 357 un petit mot écrit à la main sur un ticket de caisse de bar (1 café : 1 € 40) :
"Au théâtre carpe Diem -à moins que ce ne soit dans un rêve-, je vous ai vue, glissée dans de hautes bottes de cuir noir. Je dois être fétichiste. Je suis devenu aussi fou que Maupassant. Il fat absolument que je vous retrouve. Sinon, j'en mourrai peut-être... Si vous vous reconnaissez (et même si vous ne vous reconnaissez pas) : suivait mon numéro de téléphone. Puis ma signature : Raoul Jefe.
J'ai remis le livre en rayon. Il avait rendez-vous avec le hasard...
A ce jour, je n'ai toujours pas eu de retour...
Le plus frustrant dans cet ouvrage, avouons-le d'emblée, est sans doute le manque d'illustrations, mais les fétichistes n'étant pas dépourvus d'imagination, ils sauront se créer leur propre musée iconopithèque.
Par le texte, Jean Streff se veut exhaustif, et il y parvient souvent. (On imagine aisément son bureau truffé de dossiers et de notes !)
Son savant découpage des contenus et des contenants -imaginez un cochon rose, avec tous ses morceaux découpés en pointillés dans un dictionnaire (dans un cochon, tout est bon.)- nous donne en sus des échantillons d'étoffes et de matières avec action immédiate sur nos sens désarimés.
Ce traité de l'a(ROME) à l'usage des jeunes générations fourmille d'informations, de la petite à la grande histoire. Y sont convoquées Jeanne d'Arc et Madonna, c'est dire l'oecuménisme du rendez-vous.
Les jeunes générations, fétichistes de la toile, de la souris et du portable, appelés dans le titre, sauront-ils, demain, découvrir que le cuir n'est pas seulement une faute de liaison "mal-t-à-propos", mais un subtil entremetteur entre le désir et le plaisir ?
Réponse dans deux mille ans après JS, s'il reste assez d'eau fraîche et d'amour pour vivre, deux fétiches parmi tant d'autres...

Joël Fauré

"Traité du fétichisme à l'usage des jeunes générations", Jean Streff (Editions Denoël), 544 p.

----
Je me hasarderai bien à illustrer ces propos d'une image, mais au vu des premiers essais désastreux, je préfère m'abstenir.
J'ai convoqué un ami, né avec un ordinateur dans la tête, qui m'a parlé pixels, résolution d'images, etc...
Je préfère reporter à plus tard la publication d'images (pour éviter aussi tout risque de droits réservés, droits d'auteur, proriété intellectuelle, etc...)
Je donne priorité au texte.
Un grand merci aux trois premières grandes lectrices de ce blog : A. , O. et Caroline Lamarche...
et aux premiers lecteurs : Ph., et P.B.
Partager cet article
Repost0
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 15:03
Lamarche à suivre. Caroline Lamarche, Belge et écrivain. Maso. Se voit en femelle du renard. Une renarde qui aurait été domestiquée, et tenue en laisse. Femme ouverte et femme au moins trois fois trouée. Son livre "Carnets d'une soumise de province" est un beau livre. Un livre qui pique, qui pince. Où ça fouette le fennec à plein nez. On savait les après-midis de Caroline curieuse transformés en nuit (La nuit l'après-midi, éditions de Minuit.) Ici, elle voue à son Maître un usage particulier et exclusif. Toute la gamme SM hard et soft se décline. Caroline et son dresseur sont des bourges cultivés et esthètes qui vont à l'encontre du titre. Fréquentent des musées d'Europe, rient devant une toile populaire (Schrek, le géant vert), mais aussi se vautrent dans des hôtels bon marché.
Ce qui rend le livre attachant, c'est l'humanité des deux bêtes de cirque. Lui est sans prénom, sans nom, issu semble-t-il d'un passé douloureux. Rien n'est caché au lecteur de ses troubles de l'humeur, ce qui a le pouvoir de désamorcer l'envie de dire : "Ce type est un malade ! Il devrait consulter." A un titre d'un film de Truffaut, il rajoute simplement un verbe. Ce qui nous donne : "L'homme qui aimait fouetter les femmes." Sinon, pas plus malade que les beaufs et les bobos qui exigent de bobonne une pipe après un match de foot et quelques Kronembourg.
Elle, Renarde donc, muselée. Et fière de l'être. Littéraire en diable. "Du mot retenu, tu es le maître ; du mot prononcé, tu es l'esclave." Ses carnets sont autant de figures de rhétorique. On sent l'index luisant de cyprine et de sperme qui alternent les touches du clavier et son cul vaseliné.
A priori, Caroline n'est pas fétichiste. Les bottes ne sont citées qu'une seule fois, page 168.
Le grand intérêt de ce livre n'est pas de ressembler ou d'approcher les histoires d'O, finalement très courues, ni de donner du milieu sadomasochiste une version toute noire ou toute blanche ; non, c'est de conclure habilement sur un détachement de la perversion.
Le crescendo SM qui veut que les doses finissent mal et conduisent à la mort est ici mis à mal.
"Caroline" retourne à son ordinateur et on peut très bien imaginer que son bourreau se range des renardes pour s'intéresser aux souris blanches ou aux chiennes qui ont souvent des instincts de cochonnes.

Joël Fauré

CAROLINE LAMARCHE :

Caroline Lamarche est née le 3 mars 1955 à Liège. Ses ancêtres sont fabricants de fer et de tabac. Petite enfance dans le Nord de l'Espagne. La suite, jusqu'au bac, en région parisienne. Vacances à Beaufays (environs de Liège), au milieu d'une kyrielle de cousins. La faculté de Philologie romane la voit passer comme un zombie studieux. Insomnies redoutables. Refus d'écrire. Un "journal de rêves" tenu secret. Epouse un homme aventureux, qui l'emmène en Afrique. Enseigne le Français en Anglais à de petits Biafrais. retour en Belgique. Travaille comme secrétaire bilingue (Anglais, Espagnol). Naissance en 81 et 83 de deux filles. Se met à écrire au début des années 90. Fin des insomnies. A partir de 1995, créations diverses : romans, nouvelles, poèmes, fictions radiophonques.

Pour "A propos de bottes", Caroline Lamarche a écrit un texte inédit que je vous offre en partage :

Souvenirs d'enfance

J'avais des bottes blanches
La terre était boueuse
Cette terre que, du ciel,
On voit bleue.

Le Carnaval des animaux

La dentiste en cuissardes
Piètine ses instruments
Réclamant
Sa musique préférée.

Repas de fête

Mes bottines en chevreau
Découpées
Nous les mangerons à Pâques
Les cierges pleureront.

Logis de nuit

Bottes ô bottes
Claquant aux nuits obscures
Le corps faiblit, se rend
Le fleuve, plus bas scintille.

Caroline Lamarche

-----
Dernier ouvrage paru : "Karl et Lola" (Gallimard)
Partager cet article
Repost0
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 16:13

Le quotidien Libération avait la réputation d'être le journal des "pédés et des camés". Je n'étais ni l'un ni l'autre mais j'aimais la chose imprimée ; j'aimais sa maquette, son graphisme, sa charte typographique, ses formules et ses photos prises sous un angle inattendu.

Quand ai-je "découvert" Libé dans ma cambrousse ? En 83 ? 84 ? Quoi qu'il en soit, en 85, un désir était devenu un besoin, et les colonnes de Libé daté samedi 19 et dimanche 20 octobre accueillirent ma première petite annonce en poste restante : JEUNE ET BEL ANIMAL (mâle) de cirque recherche jeune (max. 30 ans) et jolie dompteuse bien dans ses cuissardes pour monter numéro. Envoyez programme à M. Faure. PR 9 rue Lafayette, 31000 Toulouse RP.

Il faut que je vous dise que j'ai commencé à travailler dans une fabrique de bottes, et que j'ai passé toute mon enfance (et une partie de mon adolescence) dans un zoo avec une dompteuse, et, à 10 ans, en jouant, je suis tombé le nez à terre, entre les bottes de ma petite camarade. Ce fut le premier émoi. Ca explique bien des choses.

Après, on viendra nous dire que les fétichistes sont des abstraits qui accordent plus d'importance aux choses qu'aux êtres...

Le pilchard aux oignons, moi, je trouve ça bon.

Il y en a qui disent que "ça leur reproche", et qu'ils rôtent du pilchard toute la journée.

Mon père prend une feuille de La Dépêche d'avant le changement de format, et en tapisse le fond d'un cageot. Que va-t-il y déposer ? Des oignons. Il passe beaucoup de temps au jardin. Il ne veut pas que je l'aide. Il dit que je ne sais pas. Surtout ne pas lui dire que j'ai passé une petite annonce dans Libé.

Libé daté du samedi 8 et dimanche 9 octobre 1988 accueillit ma deuxième petite annonce : FETICHISTE, adorateur des bottes-cuissardes recherche dominatrice bottée jusqu'aux cuisses, gantée jusqu'aux coudes, une cravache à la main. Etudie tout autre fantasme de maîtresse bardée de cuir.

Ce samedi, ma mère pleure dans sa cuisine en épluchant trop d'oignons. Elle les coupe en dés dans un plat. Sel, huile et vinaigre s'ensuivent. Et dessus ? Du pilchard. Pilchards d'Unico sur son lit d'oignons des Champs-Grands.

Ma mère passe beaucoup de temps dans la cuisine. Elle ne veut pas que je l'aide. Elle dit : "Ne fais pas... Tu sais pas..." Surtout ne pas lui dire que j'ai passé une autre petite annonce dans Libé.

Libé cesse de publier ses annonces "chéries" le samedi. Il ne les publiera pas non plus un autre jour. Je le déplore.

Reste La Dépêche sur laquelle je me rabats.

Le 28 novembre 1995, le titre Toulousain compose, sous la rubrique "rencontres" : J.H. esthète, aimant Brel, Brassens, les mots et la sensualité des bottes de cuir dépassant le genou, rech. J.F. alter égo. - Ecrire : X-16463 "Dépêche", 31095 Toulouse Cedex.

Voici ma quête, mes bouteilles d'encre à la mer.

Et maintenant, je vous entends d'ici ; vous avez une question qui vous brûle les lèvres :

"Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir manger, samedi, à midi ?"

Joël Fauré

Ce texte est dédié à O. (Une femme sans histoire) de Libé

Elle se reconnaîtra.

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 16:39

C'était le samedi. Je chopais Libé sur le tourniquet de la marchande, comme on décroche un pompon au manège. N'était le lieu, j'aurais bien humé à plein nez le papier à l'encre séchée de peu dans les fourgons des Nouvelles Messageries de Presse, et caressé la chair de poule en bas de page.

Mais ma mère m'attendait dans la voiture, et elle allait me lancer son "Dépêche-toi, il faut encore passer à Unico."

Du coup, je zappais sur la une du Fig-Mag et de L'Huma. Le journal au losange rouge se retrouvait voisin de "La Dépêche du Midi", et nous filions chez l'épicier acheter des pilchards.

J'étais alors un gros garçon joufflu de la campagne, bon rougeaud roteur d'ail, bon puceau qui demandait à ne plus l'être -mais ça tardait, et l'offre et la demande ont des caprices-.

Pendant que mon père lisait les annonces nécrologiques de "La Dépêche du Midi", histoire de savoir si des classards n'avaient pas passé l'arme à gauche, moi, je plongeai tout habillé dans le marigot des annonces "chéries" de Libé.

Alors s'allumaient les lampions d'une fête clandestine. Ce que je guettais, surtout, au milieu du casting de fascinants personnages, et de baroques décors, c'était, dans le magasin des accessoires, les dix lettres du mot magique :

C, U, I, S, S, A, R, D, E, S.

A travers les trous de la palissade, je hasardai un oeil sur les terrains de jeux interdits. La lecture secrète me laissait écartelé entre la fascination et la répulsion. J'étais coupable de mauvaises lectures et de mauvaises pensées. Pourtant, d'autres y pensaient aussi, puisque étaient imprimés, là, les mots exacts qui reflétaient mes désirs.

J'ai appris qu'un désir peut se différer. Pas un besoin.

Je repliais Libé dans la chambre, et j'allais dans la cuisine résoudre les mots croisés du Pèlerin, pendant que ma mère préparait ses pilchards aux oignons.

Mais comment réfréner le galop de mon imagination et juguler le flux cérébral de mes fantômes en suaires blancs et cuissardes noires ?

Sur la route qui conduit à Saint-Supplice, je pensais cuissardes.

Dans mon lit, au coucher, au réveil, et parfois entre le sdeux, je pensais cuissardes.

Devant la télé allumée et une émission de variétés, je pensais cuissardes (je me disais qu'une jeunesse nouvelle, aux cuisses chantantes, allait bien en porter.)

A la fête foraine, devant l'estrade que je frôle ; où le bal, tout-à-l'heure, rejouira, je pensais cuissardes. (il y aura bien une danseuse qui, dans le car de l'orchestre, en enfilera une paire.)

A la fin du mois d'août, devant les vitrines des "chaussureries", je pensais cuissardes.

Bref, je me découvrai fétichiste monomaniaque obsessionnel. Il aurait été vain de le nier.

"Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?"

Germèrent alors dans mon imagination ces texticules malmenés par la langue, tarifés à la lettre, à l'espace, donc férocement tronqués, comme la femme sciée en deux au cirque Amar.

Part. rech. BCBG ht niv. soc. cult. max. blde jne shte et. sup. div. dom. min. pr dial. ds bi ss enf. svp npn fum. hum. si aff. raff. tts rég. tb rép. ass. rel. dur. gd yx bl. phot. disc. disp. lib. sér. sinc. aim. nat. an. voy. auth. harm. s/s tt rap. équil. qual. exp. dist. éleg. ouv. ssuel id. soum. we prof. lib. mar. div. sado maso SM EA JH JF H F A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Ainsi, tout est possible. Comme dans la vie.

(A suivre...)

 

Joël Fauré

Ce texte est dédié à O (une femme sans histoire) de Libé.

Elle se reconnaîtra.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

BIENVENUE

ESPACE LITTERAIRE ET EROTIQUE
Soyez les bienvenus sur cet "égoblog",
petit jardin virtuel.

N'oubliez pas, quand même, d'aller vous aérer.

"Vivre,
c'est passer d'un espace à un autre
en essayant le plus possible
de ne pas se cogner."

Georges PEREC



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Recherche

Liens